•  
     
  • Vérification Cliquez sur l’image pour en changer
    Recopiez les caractères de l’image
  • ou Inscription
    Suivez-nous
    Ministères
    EN ES CN
    05 Décembre
    La mission, dynamique d’une Eglise en marche
    Plus d’actualités
     

    Ne me parlez plus de hasard !

    De père en fils, nous exerçons un métier passionnant, celui de forain, brocanteur. Notre vie se passe sur les marchés, nous aimons le contact avec la population et tout le monde nous connaît. Mes parents nous ont enseigné à mon frère et à moi le sens du devoir et de la droiture. Aujourd’hui, mon père n’est plus là suite à un très grave accident de la circulation, mais je ne peux oublier les valeurs qu’il m’a transmises.

    De confession catholique, mon père ne pratiquait pas, mais ma mère avait une véritable piété. Dans ma plus tendre jeunesse elle m’a appris à prier chaque soir. A 10 ans j’ai fait ma 1ère communion comme la plupart des enfants, mais j’avoue que je n’étais pas très discipliné pendant les cours de catéchisme ; l’intérêt n’y était pas. Plus tard, vers l’adolescence, j’ai cessé toute pratique religieuse et tout abandonné, Dieu existe-t-il vraiment ? 

    Mon épouse Débora, qui est Burkinabé, est une fervente fidèle du Seigneur depuis bien longtemps. Dès le début de notre relation, elle espérait de tout cœur ma conversion à Christ et ne cessa de prier pour moi. Pour ma part, je préférais faire des parties de tennis avec un copain le dimanche matin pendant que Débora se rendait au culte. De temps en temps je l’accompagnais tout de même, mais c’était plus pour lui faire plaisir qu’autre chose. Je trouvais sympa de me retrouver parmi des gens qui vivaient leur foi intensément, mais je n’étais toujours pas convaincu de l’existence de Dieu. Mais Dieu veillait et il allait se manifester à moi de manière tout à fait spéciale. 

    Le 6 juillet 2008, nous avions, Débora et moi-même, décidé de faire une virée en moto. Ce jour il pleuvait, mais ne pouvant pas changer nos dates, nous avons décidé de partir tout de même. Au -dessus de Vevey, dans un tournant, la moto glisse, c’est la chute, l’accident. Ma nuque s’écrase violemment contre la bordure, ma femme perd connaissance. Dans la voiture qui suivait notre moto se trouvait une femme médecin. Cette personne a porté secours à ma femme, puis s’est occupée de moi. La deuxième voiture arrivée sur place était celle d’un chirurgien du CHUV, le centre hospitalier universitaire. Après ça, ne me parlez plus de hasard ! Deux personnes de la profession, deux personnes sur place pour nous soigner. Comme je n’avais pas perdu connaissance, j’ai pu dire à la femme médecin que j’avais de fortes douleurs au niveau de mes cervicales (j‘avais 3 vertèbres brisées) ; elle m’a maintenu mon cou gravement touché jusqu’à l’arrivé des secours. C’est grâce à ces gestes professionnels que je ne suis pas paralysé aujourd’hui. Quinze minutes après l’accident, un hélicoptère de la REGA me transporte au CHUV. Suivra une opération périlleuse et très délicate de 20 heures, Dieu était là et tout s’est bien passé. 

    En considérant tout cela, je me suis résolument tourné vers le Seigneur, car tous ces paramètres m’ont fait comprendre qu’il ne s’agissait pas de la chance, mais bien de Dieu qui voulait se révéler à moi. Oui, Dieu existe et il a un plan pour moi. Cela devenait évident. On dit que « couché sur un lit on voit le ciel ! » Ce fut mon cas. Pendant ma longue hospitalisation j’ai commencé à établir une relation avec Dieu. Une profonde assurance m’a envahi. J’étais avide de partager avec beaucoup de gens ce que le Seigneur a fait pour moi. Souvent ces personnes me transmettaient des élans d’amour, telle cette infirmière qui me lisait la Bible, car je ne pouvais pas encore lever mes bras pour tenir un livre. C’est durant mon séjour à l’hôpital que j’ai décidé de me faire baptiser. A présent, j’ai soif de Dieu. Je ne veux surtout pas manquer les cultes. Tout d’abord, à l’hôpital, j’ai assisté à mon 1er culte sur un lit, puis le 2e sur un fauteuil roulant. Dès le 3e culte je pouvais enfin me déplacer correctement et m’asseoir sur une chaise. Par la suite j’ai suivi les cours alpha et des cours bibliques. J’ai de cette façon posé les bases de ma foi. Et je n’ai pas fini, j’ai tant de choses à découvrir, j’ai soif de progresser dans la foi. Merci de m’avoir lu ! 

    Florian

    Ressources supplémentaires
    "Connaissons, cherchons à connaître l’Eternel. Sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore." (Osée...
    "L’Eternel est mon Berger, je ne manquerai de rien…" (Psaume 23) Des 150 Psaumes que nous trouvons dans la...
    Alors qu’on ne peut le voir de nos yeux, peut-on vraiment le rencontrer ? Quelle approche adopter pour connaître...
    Au travers de deux versets bibliques, découvrez six réalités indispensables à connaitre, six balises lumineuses...
    "Voilà déjà un titre qui devrait attirer l'attention de plusieurs, car l'homme a toujours...
    Observer la vie et le ministère de Christ (la christologie) ne doit pas se résumer à quelques...
    prier
    20 Juil 2015

    Commentaires

    Nouveau commentaire