A Ton Nom donne gloire, à cause de ta bonté, ta fidélité

Pasteur ZanzenNon pas à nous, mais à Ton Nom donne gloire, à cause de ta bonté, à cause de ta fidélité ! (Psaumes 115,1)

C’est la première déclaration du Psalmiste, puis il encourage tout Israël à placer sa confiance en l’Eternel. Un regard sur les 25 ou 30 dernières années me fait reprendre les mêmes mots : à Dieu seul la gloire !

Touché et saisi par l’Esprit de Dieu en ce soir d’automne 1977, tout le groupe de jeunes de l’époque, rassemblé dans le grand auditoire de l’Uni à Liège, se presse devant l’estrade pour répondre à l’appel et se consacrer à Dieu. Des jeunes, sans expérience, certes, mais bouillants, déterminés et en marche, sont visités par l’onction de Dieu en ce jour mémorable. « Seigneur je te donne ma jeunesse, mon temps, ma vie », telle fut ma prière. Ce moment fort ne sera pas le seul car il fallait courage et conviction pour commencer à « nager à contre-courant ». La présence de Jésus, l’appel de Dieu m’attiraient tellement pour que j’oriente ma vie à son service alors de l’autre côté une carrière professionnelle me souriait, je venais en effet d’obtenir mon diplôme d’ingénieur industriel.

Me diriger vers la formation biblique, ma famille, mes amis, oui, tout le village se demandait bien ce que tout cela voulait dire, car ma démarche si insolite n’était pas passée inaperçue ! Lorsqu’on abandonne sa vie entre les mains de Dieu, croyez-moi, il nous prend au sérieux. Lorsqu’on lui demande de nous diriger, il le fait, même si le chemin ressemble plus aux méandres de l’Arve qu’à une autoroute ! Non tout n’est pas facile, le ministère a un coût. Toutefois, chaque choix reste notre responsabilité.

Après l’école biblique, à l’école de trois maitres de stage différents (entre 1982 et 1987), les mots d’ordre se ressemblaient et j’ai essayé au mieux de les mettre en pratique. On les trouve dans deux paroles de l’Ecclésiaste : « Tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le » (ch 9.10) et « Qu’en tout temps tes vêtements soient blancs, et que l’huile ne manque point sur ta tête » (ch 9.8). Cela veut dire : servir là où les besoins se présentent, dans une bonne attitude et avec la force qui vient d’En-haut. Puis, peu à peu, la vocation s’est mise en place dans mon cœur et les pasteurs m’ont confié la responsabilité d’une assemblée, lorsque, en octobre 1987, notre petite famille a été accueillie à l’EER de Vevey.

Il n’est pas possible de résumer en quelques lignes 30 ans de service à temps plein, mais me viennent à l’esprit les mots suivants : rester proche de Jésus, tout vient de Lui, l’œuvre de Dieu ne se fait que par la puissance du Saint-Esprit et avec ce que nous mettons à sa disposition. 

Amis de l’EER, envisageons l’avenir avec confiance, car Il marche devant nous. Cette foi bannira toute crainte et nous donnera d’être audacieux pour gagner encore et encore ceux qui ne connaissent pas l’amour de Dieu. Oui, il reste un peuple nombreux à toucher, beaucoup d’enfants à enseigner, des ados et des jeunes à aimer et à entourer, des isolés et des familles à atteindre par le plus beau des messages, celui que nous ne voulons pas garder seulement entre les quatre murs de l’Eglise. 

Merci de poursuivre la route ensemble avec nous car sans l’accompagnement fidèle et précieux de mon épouse Jenny, ce chemin n’aurait pas été possible. Nos trois filles, précieux cadeaux de Dieu, ont été courageuses de voir leur papa très pris dans l’œuvre de Dieu, elles ont été si souvent source d’encouragement et d’inspiration pour ma vie. Merci à elles de tout cœur. 

Ensemble avec Jenny, nous sommes honorés de pouvoir servir au milieu de vous, avec une équipe qui s’étoffe avec de très nombreux bénévoles, oui, vous tous, qui œuvrez avec cœur pour la cause de l’évangile. Soyez remerciés ! Votre Walter Z