Attends-toi à Dieu chaque jour !

C’était la devise d’une grande figure missionnaire du nom de William Carey, missionnaire en Inde (1761-1832), on l’appelle aussi le père de la mission moderne.

Ce mot d’ordre est valable pour chaque chrétien, mais pour vivre dans cette perspective de foi, deux regards sont nécessaires : le regard sur le passé et celui orienté vers l’avenir.

"Ah, le bon vieux temps" soupirent certains, puis allument Radio "Nostalgie" ! Notre mémoire se plaît à retenir du passé ce qui était beau et agréable. Mais le regard sur le passé n’est pas toujours judicieux lorsqu’on se livre à des comparaisons. Le sage Ecclésiaste, au chapitre 7 : 10 nous rappelle : "Garde-toi de dire : "Comment se fait–il qu’autrefois, les choses allaient mieux qu’aujourd’hui ?" Car ce n’est pas la sagesse qui te dicte une telle question". Par contre, ce regard est optimal s’il prend appui sur des événements du passé pour susciter la reconnaissance : mon âme, bénis l’Eternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits (Psaume 103 : 2). On se souvient de ce chant qui dit : Compte les bienfaits de Dieu, mets les tous devant tes yeux. Tu verras en adorant, combien le nombre en est grand ! S’il est vrai qu’on ne peut faire abstraction du passé, on est invité à vivre le présent, ce qui n’est pas toujours simple avec une actualité qui défile à toute allure, où une nouvelle en chasse une autre, où il s’agit de faire face aux nouveaux défis qui nous prennent au dépourvu, où notre monde semble échapper à tout contrôle. Mais Dieu n’est pas pris par surprise et il nous rappelle pour nous rassurer que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement (Hébreux 13 : 8). Nous avons raison de nous attendre à Lui chaque jour tout à nouveau car sa grâce se renouvelle chaque matin. "L’aujourd’hui" vécu dans la présence de Dieu contient des possibilités insoupçonnées et Il veut nous guider dans des œuvres qu’il a préparées à notre intention.

En Christ il n’y avait aucune nostalgie des choses passées, il ne parlait pas de rétablir les choses anciennes dans leur état idéal, mais il est venu pour faire toutes choses nouvelles. Le Nouveau Testament insiste sur le mot nouveau. Par exemple : si quelqu’un est en Christ il est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles (2 Corinthiens 5 : 17). Voici je fais toutes choses nouvelles (Apocalypse 21 : 5) pour ne citer que ces deux textes parmi d’autres. Ce qui m’encourage dans mon ministère pastoral c’est d’observer, de voir et de constater toutes les choses nouvelles que le Seigneur fait dans la vie des uns et des autres. Lorsque l’Esprit de Dieu est accueilli dans le cœur du croyant, une nouvelle qualité de vie s’installe, une vie qui se renouvelle sans cesse avec pour caractéristique : le regard positif vers l’avant. 

Tout le monde le sait : ce qui est nouveau aujourd’hui sera vieux demain, ce qui est moderne aujourd’hui sera démodé demain, ce qui est actuel ce jour sera oublié dans peu de jours, hélas… A l’inverse, ce que Dieu fait est frais, neuf, voilà pourquoi nous avons raison de nous attendre à Lui.

Nous vous souhaitons de vivre vous-mêmes ce renouvellement quotidien, en laissant le Seigneur vous parler, vous toucher et vous ressourcer dans votre besoin. Comme William Carey, adoptez dès aujourd’hui sa devise : je veux m’attendre à de grandes choses de SA part. WZ