Boostons-nous sans faire genre!

Remonter le moral aux autres"Que le Seigneur traite avec bonté la famille d'Onésiphore, car il m'a souvent réconforté. Il n'a pas eu honte de moi qui suis en prison." 2 Timothée 1.16

Dans le cadre de la série de messages sur l’Appel de Dieu, la vocation que le Seigneur a pour chacun de nous, nous avons récemment considéré un personnage particulier. Paul en fait mention dans sa deuxième lettre à Timothée, lettre écrite alors qu’il est en prison à Rome. Ce sera d’ailleurs son tout dernier écrit. Dans ce récit de 4 chapitres, il fait mention d’une personne qui nous est connue sous le nom d’Onésiphore, un ami et compagnon d’oeuvre que l’on ne trouve que dans 5 versets de son livre (2 Timothée 1.16-19).

Paul lui rend un vibrant hommage, car Onésiphore a su le réconforter à plusieurs reprises alors qu’il est seul en prison. Onésiphore venant d’Ephèse l’a d’ailleurs cherché avec beaucoup d’empressement à Rome, tant cette visite lui tenait à coeur. Sans se décourager, comme un bon berger qui cherche la brebis, il se met à la recherche de son ami Paul jusqu’à ce qu’il le trouve.

Dans le texte original, le mot traduit par réconforter signifie exactement remonter le moral, rafraîchir l’esprit. Nous ne connaissons rien du contenu des conversations entre Paul et son ami, mais nous savons l’effet qu’elles produisaient sur le prisonnier : il en ressortait rafraîchi, il se portait mieux et avait meilleure mine après avoir vu Onésiphore !

Remonter le moral ! N’est-ce pas un ministère tout simple et, de plus, à la portée de chacun ? Onésiphore n’était peut-être ni un grand prédicateur ni un artiste de renom, ni un musicien célèbre, ni un homme de grand talent, mais il parvenait à rafraîchir l’esprit et le coeur des gens qu’il rencontrait.

Comment s’y prendre pour accomplir une telle oeuvre ? Chacun peut le faire à sa manière, selon son propre style, que ce soit par sa présence affectueuse qui égaie la solitude, ou peut-être par une écoute attentive sans forcément apporter des réponses, ou encore par une prière de foi et de compassion, etc. Tous ne sont pas appelés à être apôtres, mais tous peuvent être envoyés par le Seigneur vers quelqu’un ; tous ne sont pas appelés comme évangélistes mais tous peuvent raconter ce que le Seigneur a fait pour eu ; tous ne sont pas forcément prophètes, mais tous peuvent bénir, encourager, donner une parole à propos. Un petit mot réconfortant pour une personne qui a déposé une prière dans le mur de prières, un simple téléphone, un SMS, une lettre, un mail ou une visite… ont parfois plus d’effet qu’une prédication donnée depuis l’estrade ! 

Jésus dit de Marie de Béthanie, qui versa du parfum sur ses pieds, qu’elle a fait ce qu’elle a pu. Que chacun de nous reçoive du Seigneur ce mot d’appréciation !

Bénissez, au contraire, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction (1 Pierre 3.9).