Dans l’atelier de la transformation divine

Je me nomme Sergio, je suis né à Genève et suis père de deux enfants merveilleux de 11 et 8 ans. Ma profession exige de ma part un travail de grande précision : je suis horloger.

De parents de confession catholique, mon éducation a été jalonnée par les sacrements de cette église : baptême d’enfant, première communion et confirmation. Mes parents m’ont enseigné des valeurs humaines comme le partage, le fait de donner et d’aider son prochain. A cela, je devais également bien pouvoir me défendre pour ne pas me laisser "marcher dessus". Je me rendais chaque dimanche à la messe mais je ne connaissais pas la Bible. Personnellement, je n’avais établi aucune relation réelle avec le Seigneur Jésus.

Durant mon enfance, je souffrais d’un manque de confiance. Très timide, j’avais des difficultés à avoir une conversation fluide, et cela encore moins en public ! Je me renfermais de plus en plus sur moi-même.

Mes parents avaient la regrettable habitude d’entrer en conflit en ma présence. Cette tendance me déstabilisait. Tout ce que j’apprenais de cela était que de crier le plus fort accordait une soi-disant autorité pour dominer l’autre.

Vers l’âge de 20 ans, j’ai commencé à être tenté par les loisirs de ce monde : consommation d’alcool, cigarettes et fréquentation de discothèques pour y chercher des filles. Les tentations se sont finalement mutées en habitudes et les lieux recommandables ont été échangés par des endroits malsains. Je nourrissais mes envies en suivant mes passions.

Ma vision sur la sexualité devenait plus que faussée avec une image de la femme atrophiée par le prisme de ma vie déréglée. Manifestement je ne savais pas ce que signifiait le verbe "aimer" et mon identité masculine était gravement péjorée et ne pouvait se construire correctement.

Malheureusement, mon père décéda lorsque j’avais 25 ans, suivi rapidement par la mort de ma mère. J’avais alors 30 ans. Avec mes frères, nous sommes restés solidaires… mais figés dans notre souffrance, sans vraiment pouvoir l’exprimer. S’en suivit une profonde dépression, avec l’envie d’en finir avec mes jours.

A ce moment, j’ai clairement entendu les paroles du Seigneur dans mon cœur : "Sergio ! Je t’aime ! Ne pars pas, J’ai besoin de toi !" Et cette nuit-là, je me suis agenouillé. J’ai alors vu une lumière me pénétrer pour dissiper les ténèbres qui m’environnaient. Je déclarai aussitôt à Dieu, que je désirais voir Sa puissance me revêtir. Ainsi décidai-je de ne plus prendre de médicaments et de Lui faire entièrement confiance, en Lui remettant ma dépression et comptant sur Son pouvoir de guérison de cette maladie qui me tenait depuis quatre ans.

Par ailleurs, je commençais à réaliser de plus en plus que notre mariage n’était pas fondé sur la Parole de Dieu. Notre union conjugale souffrait de ne pas être suffisamment basée par un véritable Amour, et petit à petit, les problèmes s’accumulaient. Je me mettais souvent en colère. Dans mon agressivité, je blessais ma famille, trop souvent par des paroles trop dures. Je me nourrissais d’images érotiques, donnant ainsi accès à l’ennemi qui cherchait à me salir et à détruire ma vie. En sus, je perdis mon travail et mes finances devinrent catastrophiques, sans parler de notre relation conjugale qui partait à la dérive, jusqu’à l’effondrement.

Un jour, par une voisine à la recherche d’une église évangélique, nous sommes arrivés sur le site internet de l’Eglise évangélique de Réveil de Genève. Nous nous y sommes rendus en famille. Au fil des dimanches, le Seigneur a opéré une œuvre de restauration et de guérison de ma vie. Et Sa Parole me touche, particulièrement là où je cherchais des réponses. Très curieux, je pose bien de nombreuses questions à mes nouveaux frères et sœurs de ma nouvelle communauté. Comment faut-il lire la Bible, et par où commencer ? Je m’inscris aux cours bibliques du mardi et je prends aussi des notes personnelles en lisant la Bible, matins et soirs avant de me coucher.

Avec l’aide de notre conseiller conjugal, Jacques, j’ai pu entreprendre les démarches qui s’imposaient : dans un élan de repentance, tout en rejoignant une thérapie appropriée, je me suis humilié devant le Seigneur et les miens pour mes fautes. Je désirais tant prendre un nouveau départ. J’ai demandé pardon à nos enfants et à mon épouse pour ma mauvaise conduite.

Le Seigneur m’a entendu et m’a exaucé ! Il est venu me toucher au plus profond de mon cœur. Recevant le baptême dans le St-Esprit, je me mis à parler en langues. Assoiffé de la Parole de Dieu, je la lis plus assidûment (quotidiennement, un passage de l’Ancien et du Nouveau Testament), un frère en Christ me conseilla de le faire en demandant préalablement au Seigneur de me visiter puissamment par Son Esprit. Je désirais tant qu’Il agisse dans mon cœur. Je comprenais qu’il ne servait à rien de me mettre la pression, ou encore de réagir si un passage de la Bible n’était pas encore tout à fait clair pour moi. Confiant dans le St-Esprit, je pouvais désormais compter sur Lui pour m’éclairer, en Le laissant agir dans mon cœur. Je commençais à ne plus me comporter comme avant. Si j’avais commis un péché, ou que je ne m’étais pas comporté correctement, j’étais repris rapidement par ma conscience.

Je vis actuellement un temps de restauration et de communion toujours plus profonde avec le Seigneur.

Aujourd’hui, ma décision de prendre les eaux du baptême est basée sur ceci : Laisser ma vieille nature pour revêtir la nouvelle, celle que la Vie en Jésus me donne, pour marcher désormais avec Lui. Habité par Son Esprit, je veux suivre pleinement mon Seigneur et mon Dieu dans l’obéissance de Ses commandements.

Pour finir je vous laisse ce texte biblique, tiré du Psaume 51 : "O DIEU ! CRÉE EN MOI UN CŒUR PUR, RENOUVELLE EN MOI UN ESPRIT BIEN DISPOSÉ !"

Merci Seigneur ! Ma vie n’est plus la mienne ! C’est Toi seul qui demeure en moi !
Tu as commencé Ton œuvre en moi, jusqu’à son achèvement.
Et je retrouve ma vraie identité, celle d’un fils de Dieu.
Je me remets entièrement à Toi seul !
Amen !