Dieu t'aime toujours malgré tout

AmourDans un petit village de pêcheurs, tout le monde le savait. C’était cruel, mais c’était la loi : une femme infidèle pendant l’absence de son mari en mer était punie de mort. Un lourd silence planait dans tout le village depuis le jour où l’épouse d’un pécheur avait été surprise avec un amant qui avait réussi à prendre la fuite. Dès le retour de son mari, la sentence serait exécutée. Pas n’importe comment, oh, non ! La coupable serait conduite au sommet de la haute falaise qui dominait les eaux, d’où elle serait précipitée sur les rochers par celui même qui avait été trompé : son propre mari. Ainsi, par une froide matinée, un sinistre attroupement attendait sur la falaise. Tous les anciens du village étaient là. Tous... sauf un, le personnage principal manquait encore. Le mari était en retard. Il avait auparavant confronté son épouse qui avait reconnu sa faute et avait jeté sur elle un long regard où se lisaient la perplexité, la désillusion et une profonde souffrance. Le temps passait et les anciens décidèrent de ne plus différer l’exécution plus longtemps mais de passer à l’action eux-mêmes. Une forte poussée donnée par plusieurs paires de mains, un long cri répercuté au loin sur la surface des eaux. Ce fut tout.

Et toujours pas de mari ! Avait-il déjà repris la mer ou quitté le village ?

A la tombée du soir, une silhouette approcha de la maison, entourant de ses bras une jeune femme chancelante. Mais oui, c’était la femme condamnée soutenue par son mari.

D’une voix assurée il dit à ses amis réunis : je comprends votre étonnement de me voir ici avec celle que j’aime. J’étais au rendez-vous ce matin, car je savais que j’avais à réaliser la prise la plus sérieuse de ma vie. Au moment où mon épouse infidèle allait subir le sort que lui réservait notre loi, je me trouvais sur les rochers au pied de la falaise. J’ai passé la nuit à renforcer mes filets, et je les ai ensuite tendus de mes propres mains. Ce sont ces filets qui ont recueilli ma femme au moment où elle est tombée. Mon amour pour elle n’a pas varié. Son infidélité n’a pas anéanti mon amour, ni ma promesse de fidélité. Je lui ai pardonné et je l’ai sauvé dans mes filets.