D'une religion à une relation

Imaginez un charmant village d’une centaine de maisons, perdu dans une région vallonnée des Ardennes belges, proche de la frontière allemande et luxembourgeoise, une région saturée de sapins qui s’y trouvent d’ailleurs depuis l’époque napoléonienne. C’est là que j’ai passé mon enfance, avec mon frère et deux sœurs, nos parents étant artisans et agriculteurs, des gens de la terre. Heureux et sans soucis, nous avons tous été élevés dans la foi traditionnelle de la Belgique, très majoritairement catholique à l’époque.

Jusqu’à l’âge de 21 ans, je n’ai ainsi jamais entendu parler de l’existence d’un protestant ou même remarqué une Bible quelque part. A 21 ans, invité par un ami qui me donne un simple rendez-vous à Taizé, un petit village en Bourgogne et lieu de rendez-vous des jeunes européens en recherche de leur foi, je me retrouve tout à coup au milieu de milliers de jeunes sympas, ouverts et en recherche pour la plupart, tout comme moi d’ailleurs. Ayant toujours cru en l’existence de Dieu je n’ai pourtant jamais pu dire : ça y est j’ai trouvé ! Maintenant je sais ! Ma foi avait certainement besoin d’une découverte et d’un élan nouveau. Et voilà qu’au milieu de tout ce beau monde, nous sommes tout un groupe de Belges réunis autour d’un Marseillais qui nous parle de Jésus, un Jésus vivant, capable de libérer des liens et vices les plus terribles. J’écoutais de mes deux oreilles, jamais je n’avais entendu cela, j’étais curieux et intéressé, oui, touché au fond de mon cœur. Pendant les mois qui ont suivi, un désir était éveillé, celui de mieux connaître ce Dieu personnel. Une année passe et je prends la décision de retourner à Taizé, seul cette fois, où j'avais été touché l’année précédente. Mais le croirez-vous, arrivé sur place, je tombe nez à nez avec ce chrétien marseillais qui me reconnaît immédiatement. Nous n’avions pas gardé contact. Il me parle de Jésus et m’encourage à rencontrer les amis belges de l’an dernier, spécialement l’un d’eux du nom d’Albert. 

Revenu au pays, je me rends sans tarder chez Albert. Je m'en souviens comme si c’était hier, c’était un jour de pluie ! Je rencontre ce jeune, devenu depuis peu un authentique chrétien. Il me dit : "j’ai rencontré Jésus et j’ai arrêté de fumer, voici ma Bible". Le soir même, je suis invité au groupe de prière dont Albert fait partie. C’est le choc : voilà des gens qui prient comme si Dieu était tout juste à côté d'eux et moi… pourtant catholique fidèle, je n’avais pas cette présence dans ma vie. Le contraste était tel que je me sentais mal à l’aise, Dieu me semblait si lointain … 

Les jeunes m’accueillent avec amour, m’invitant à rester encore une journée de plus. Torpillé et poussé par ma recherche, je décide donc de rester. Un des jeunes du nom de Jean-Pierre, m’explique longuement le contenu de l’évangile et la nécessité de la repentance pour connaître Jésus. Mais mon cœur résiste : je ne pouvais accepter si facilement ces choses, surtout la réalité d’être un pécheur ! Vous pensez bien, j’allais me confesser tous les 4 mois et pensais ne pas être moins bon que tous les autres ! Il insiste : "sans une véritable repentance, tu ne peux vivre la présence de Jésus". Après plus de deux heures de discussion, nous sommes allés dormir, mais juste avant d’éteindre les lumières Jean-Pierre me pose une dernière question : "Alors, qu’est-ce que tu veux ?" "Je ne veux pas sortir d’ici tant que je n’ai pas vécu ce que vous avez vécu" fut ma réponse. Nous sommes sortis du lit et mis à genoux. Bien que j’aie eu de la peine à prier, j’ai dit : "Jésus, pardon pour mes péchés, viens dans ma vie." Sur ce, nous nous sommes recouchés. Le lendemain matin, le monde était devenu différent. La vie avait des couleurs nouvelles. Sans aucun doute j’étais assuré d’être un enfant de Dieu, de lui appartenir dès à présent ; le Seigneur avait entendu ma prière et j’étais pardonné, libéré de ma culpabilité. La solitude avait fait place à une toute nouvelle communion – inexplicable encore avec des mots – mais si réelle avec ce Seigneur que j’allai découvrir de jour en jour à partir de maintenant. La Bible dit vrai lorsqu’elle affirme : cherchez Dieu et vous le trouverez, si vous le cherchez de tout votre cœur. Il se laisse toujours trouver. 

Walter