Etre heureux ou rendre heureux ?

"Réjouissez-vous avec ceux qui se réjouissent…" (Romains 12.15a)

Etes-vous de ceux qui se réjouissent et remercient Dieu quand un frère ou une sœur fait l’expérience de la bonté de Jésus dans sa vie ? Ou bien avez-vous du mal à féliciter autrui pour sa réussite ? Si nous voulons vraiment être source de bénédiction pour notre entourage, nous devons commencer par apprendre à partager la joie de ceux qui sont dans la joie, et à partager les peines de ceux qui pleurent. Mais pour ce faire, il convient de combattre toute pensée de division qui nous inciterait à détruire cette joie et l’unité qui y est attachée.

A titre d’exemples, les quelques pensées ci-dessous peuvent nous atteindre, le but étant de s’examiner soi-même pour se placer en pleine lumière, celle de la Parole.

1. Si au fond de moi, je me dis : "Cela ne m'impressionne pas. De toute façon, tout le monde peut y arriver ; ce n'est pas si extraordinaire..."
La Bible me met en garde : "Ne faites rien par rivalité ou par vaine gloire, mais dans l'humilité, estimez les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres." (Philippiens 2.3-4)

2. Si au fond de moi, je me dis : "Cette personne m’a déjà fait du mal. Pourquoi devrais-je être content de sa réussite ?"
La Bible me met en garde : "Ne rendez pas le mal pour le mal, ou l’insulte pour l’insulte ; au contraire, bénissez, car c’est à cela que vous avez été appelés, afin d’hériter la bénédiction." (1 Pierre 3.9)

3. Si au fond de moi, je me dis : "Je ne connais pas cette personne, ce n’est pas mon ami(e). Sa vie ne me concerne pas."
La Bible me met en garde : "... si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les péagers aussi n'en font-ils pas autant ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens aussi, eux-mêmes, n'en font-ils pas autant ?" (Matthieu 5.46-47)

4. Si au fond de moi, je me dis : "On voit bien que ce succès cache quelque chose de douteux. On verra bien ce qui se passera quand la situation aura changé."
La Bible me met en garde : "Cessons donc de nous juger les uns les autres. Jugez plutôt qu’il ne faut pas être pour un frère cause de chute ou de scandale." (Romains 14.13)

5. Si au fond de moi, je me dis : "Ce n'est pas juste. Cette place aurait dû revenir à quelqu’un d’autre."
La Bible me met en garde : "Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun d'entre vous de ne pas avoir de prétentions excessives et déraisonnables, mais d'être assez raisonnables pour avoir de la modération, chacun selon la mesure de foi que Dieu lui a départie." (Romains 12.3)

6. Si au fond de moi, je pense : "Pourquoi les bonnes choses n’arrivent qu’aux autres, pas à moi ?"
La Bible m’interpelle : "En toute circonstance, rendez grâces ; car telle est à votre égard la volonté de Dieu en Christ-Jésus." (1 Thessaloniciens 5.18)

Comment alors combattre ou se libérer de ces pensées toxiques et destructrices ? Il n’y a qu’un seul moyen : se laisser guider dans et par l’amour de Jésus. Cet amour de Jésus n’est pas un sentiment, mais une décision et une action, celle de vouloir et même de chercher le bonheur d’autrui (1 Corinthiens 13.4-7). Parce qu’Il nous aime, Il a accepté de prendre notre place de coupable sur la croix et de nous offrir le pardon gratuitement. Et il est heureux pour chaque personne qui reçoit cette grâce immense. Pourquoi ne serions-nous pas heureux qu’autrui reçoive aussi une bénédiction ?