Genève : ville de réfugiés que nous sommes tous

Genève : Ville de réfugiés que nous sommes tous"N'oubliez pas l'hospitalité ; car en l'exerçant, quelques-uns, à leur insu, ont logé des anges." (Hébreux 13.2)

L'Avent représente la période où l'on se prépare à la venue du Christ, quatre semaines précédant Noël. Mais la préparation est-elle si importante que cela ? Vous est-il déjà arrivé de ne vous être pas préparé et qu'un visiteur arrive à vos portes ? Oseriez-vous le repousser parce qu'il ne vous a pas prévenu de sa venue ? Rassurez-vous, il ne s’agit pas ici de remettre en cause l’exhortation de Jean-Baptiste de préparer dans notre cœur le chemin du Seigneur.

En réalité, la période de l’Avent nous ramène à reconsidérer notre esprit d'accueil. Bien que la préparation soit indispensable pour bien accueillir quelqu’un, n’attendons pas d’être parfaitement préparés avant d’ouvrir nos portes.

Dans l’Ancien Testament, Dieu dit aux Israélites d’aimer l’immigrant (Deut.10.19) et de le traiter comme s’il est un natif du pays (Lév.19.34) car eux-mêmes ont été des immigrants dans le pays d'Égypte. De même, nous tous sur cette terre, que ce soit à Genève ou pas, ne faisons que passer ; il arrivera un jour où nous devrons la quitter pour un autre monde. La Bible nous encourage plutôt à préparer notre entrée dans ce nouveau monde en faisant ce qui est conforme à la volonté de Dieu.

Ainsi, ne regrettons pas toutes les fois où nous avons accueilli des étrangers dans notre foyer, société, ville ou pays. Ne soyons pas comme le peuple de Bethléem, qui a été préparé 700 ans avant la naissance du Christ (Michée 5.1), mais qui au jour venu, n’a pas reconnu le Seigneur et ne L’a pas accueilli à Sa juste valeur. Soyons comme Abraham, le modèle dans la foi, qui, même sans s’être préparé, a donné sans hésiter l’hospitalité à trois étrangers venus de nulle part, mais qui se trouvaient par la suite être des anges de Dieu. Soyons aussi comme Zachée, cet homme qui ne connaissait rien de Jésus et semblait trop loin pour avoir un brin d’espoir de Le rencontrer, mais par son seul désir de Le connaître, L’a reçu dans sa maison et dans son cœur.

Chers Lecteurs, laissons-nous conduire par cet esprit de l’Avent.