Grâce à Dieu, je suis guérie !


Je m’appelle Michèle et je viens d’Albertville. Je viens ponctuellement à l’EER depuis environ 2014.

Aujourd’hui j’ai la joie de témoigner car Dieu m’a guérie. Par ce témoignage, je souhaite encourager tous ceux et celles qui passent par l’épreuve de la maladie mais pas seulement…

J’ai appris au travers de cette épreuve que Dieu nous aime vraiment. Ce n’est pas un père fouettard qui punit, mais au contraire, s’il permet l’épreuve c’est pour nous permettre de grandir, d’apprendre à mieux le connaitre, afin qu’il se glorifie à travers celle-ci.

Aujourd’hui, je le remercie car quand je regarde comment il a conduit les choses depuis le mois de mars de l’année dernière, je peux vous assurer que Dieu est grand, bon est fidèle.

Après avoir été en colère après lui, car il permettait la maladie une deuxième fois alors que la précédente était encore là, j’ai compris que cette épreuve allait me permettre de grandir dans ma foi et d’apprendre à mieux le connaitre. Il dirige toutes choses et nous pouvons lui faire confiance. Les épreuves sont là pour nous tester et nous faire grandir avec lui. Il connait le moyen de nous en faire sortir et surtout de la supporter.

Bien plus, nous sommes fiers même de nos détresses, sachant que la détresse produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l'épreuve, et la victoire dans l’épreuve l'espérance. (Romains 5.3-4)

Il m’a fallu être persévérante, combattante, activer ma foi et tenir ferme dans l’épreuve afin de recevoir la guérison car je savais dans mon cœur que Dieu voulait me guérir. Il m’avait aussi donné un verset :

Cependant, je vais lui donner la guérison et la santé. Je les guérirai et je leur ouvrirai une source abondante de paix et de vérité. (Jérémie 33.6)

Car je connais les projets que j'ai formés sur vous, dit l'Eternel, projets de paix et non de malheur, afin de vous donner un avenir et de l'espérance. (Jérémie 29.11)

Ces versets, ainsi que d'autres sur le thème de la guérison, m'ont tellement encouragée.

Dieu a aussi utilisé des personnes pour m’encourager à tenir ferme. Il y a eu la prière de vous tous, l’accompagnement avec le pasteur de mon église mais aussi ici au Réveil, la famille, les amis, et d’autres. J’ai la chance d’avoir une grande famille spirituelle et un grand Dieu.

Rapidement, je vais vous expliquer comment tout s’est déroulé. Tout a commencé en mars de l’an passé. Alors que j’étais à un concert de Dan Luiten, au moment de la prière des malades, j’ai senti qu’il s’était passé quelque chose dans mon corps mais je ne savais pas quoi. Le mardi soir je suis allée aux urgences après avoir eu de violentes douleurs au niveau du bas ventre sans comprendre ce qui se passait. Puis mon corps a expulsé quelque chose dont personne ne savait ce que c’était. J’ai eu peur mais le Seigneur m’a immédiatement rassurée en me disant de rester dans la paix car il était là. J’ai compris que ça allait être le début d’une grosse épreuve pour moi.

Cette chose étrange est partie en analyse. Là, commence une suspicion d’une maladie : l’endométriose. Plusieurs semaines après, les résultats arrivent. J’ai finalement perdu un fibrome muqueux. 1ère intervention de Dieu. Phénomène rare, je n’ai pas eu besoin de passer par l’opération.

Quelques temps plus tard arrivent les examens pour diagnostiquer la maladie. Et au mois de mai, l’endométriose est confirmée. Je suis alors très en colère car ma féminité était touchée et il était possible que je ne puisse jamais être mère, moi qui rêvais de l’être.

Il faut savoir que cette maladie est mal reconnue et commence seulement à se faire connaitre. Elle se présente de différentes manières et il faut en général entre 4 et 10 ans pour la diagnostiquer. C’est ce qu’il m’a fallu. En général, la maladie touche les organes reproducteurs. Mais elle peut aussi être digestive et peut aussi monter jusque dans les poumons. La mienne était recto-vaginale. Le problème, c’est qu’il y avait un nodule à un carrefour entre l’urètre et le digestif qui compliquait tout. L’opération allait être lourde et à risque nécessitant l’intervention de deux chirurgiens : un obstétrique et un digestif.

Pour mieux définir l’opération je devais passer par différents examens difficiles, puis les chirurgiens nous ont préparés au pire et surtout ils voulaient que je sois prête psychologiquement car tout pouvait arriver. Je risquais toutes sortes de complications, même une hémorragie, peut-être d’avoir une poche temporaire et qu’on m’enlève mes organes reproducteurs !

Les mois qui ont suivi ont été difficiles, tant au niveau des douleurs qui allaient en grandissant et m’handicapaient de plus en plus, que le souci de devoir porter cette poche et de dire adieu à mon projet de maternité. Heureusement, les prières étaient là pour me soutenir ainsi que vous tous. Les gens priaient un peu partout en France, à Genève et en Italie. L’unité dans la prière a été une grande force et un grand soutien.

Evidemment, nous espérions ne pas avoir à passer par l’opération. Mais plus le temps passai, plus je comprenais que c’était la volonté de Dieu. Du coup, je me suis dit que peut-être Dieu allait m’utiliser à l’hôpital et c’est précisément ce qui s’est passé.

Heureusement pour moi, la veille de mon hospitalisation, un ami m’a dit : "Michèle, sois une lumière à l’hôpital". C’est ce que j’ai fait. Entre temps j’avais eu des encouragements de frères et sœurs qui avaient reçu des messages du Seigneur pour moi.

Grâce à toutes ces prières, je suis arrivée à l’hôpital dans la paix. Arrive le moment de l’opération. Je me souviens n’avoir fait que chanter des louanges ou chantonner. Je suis arrivée au bloc en chantonnant "I surrender" de Hillsong. Ainsi je me suis endormie dans la paix.

Quatre heures plus tard, je remonte dans ma chambre et à la bonne surprise de tous, j’étais souriante avec de bonnes constantes et l’équipe médicale n’en revenait pas. Certes les douleurs étaient là mais j’étais dans la paix.

Puis vient le chirurgien digestif m’annonçant que l’opération s’était bien passée. Qu’au final ils avaient enlevé trois nodules sur l’intestin, coupé une dizaine de centimètres, que la poche a été évitée de justesse et grâce à Dieu et surtout à la grande surprise de tous, (car il faut savoir qu’avec cette maladie ce n’est qu’au moment de l’opération qu’on découvre l’étendue des dégâts car les examens ne suffisent pas) elle me dit : "vos organes reproducteurs sont tout beaux, il a juste fallu gratter derrière l’utérus".

J’ai explosé de joie car Dieu avait maîtrisé la situation. Pas de catastrophes, pas de poche, et mes organes reproducteurs étaient en bon état ! 2ème intervention de Dieu.

Durant mon hospitalisation et malgré les douleurs, le Seigneur m’a utilisée pour encourager la foi d’autres malades dans ma chambre. Ces personnes ont été touchées et aujourd’hui nous sommes encore en contact. Nous nous sommes aussi encouragées les unes et les autres.

3ème intervention divine : Comme j’étais en clinique privée, les dépassements d’honoraires auraient dû me coûter très cher. Là aussi le Seigneur a tout dirigé. La facture a été réduite de moitié. Le chirurgien digestif m’a fait cadeau et n’a rien voulu se faire payer, de même que l’anesthésiste.

Puis suite à l’opération, j’ai été mise en ménopause artificielle. Cela a été très difficile au niveau des effets secondaires. Là encore le Seigneur est resté fidèle, malgré les moments de découragement, de fatigue et de doute. Heureusement, vous avez tous été là et sans vous je n’y serais jamais arrivée.

4ème et dernière intervention de Dieu : c’est ce fameux dimanche où je priais avec un ami ici à l’EER. Je me souviens qu’il m’a dit "Michèle, reçois maintenant la guérison avec foi". Nous avons prié tellement fort que j’ai senti que le Seigneur était là et qu’il me visitait. J’ai su à ce moment précis que j’avais reçu quelque chose.

Je suis allée à mon rendez-vous des trois mois post opératoire, et lorsque le gynécologue me montrait à l’écran mes organes, j’avais l’impression que tout était neuf à l’intérieur. Même lui était content de voir ce qu’il voyait. J’ai aussi pu témoigner auprès de lui à un moment donné. A la fin de l’examen, en souriant il me dit : "je ne trouve plus aucune trace de l’endométriose, vous êtes guérie". Je n’en revenais pas alors je lui ai dit : "mais on ne fait pas d’IRM ?" Il m’a souri et à nouveau et m’a dit : "vous êtes guérie". Puis avant de partir il m’a donné mon nouveau traitement pour un an afin de maintenir tout cela. Nous savons que cette maladie récidive. Je lui ai posé encore une question à ce sujet et il m’a dit : "restez positive, vous êtes guérie". Et là j’ai pleuré de joie et j’ai remercié le Seigneur.

Ce qu’il faut retenir

Bien souvent nous ne comprenons pas pourquoi nous passons par certaines épreuves. Le Seigneur sait toujours pourquoi il permet certaines choses. Aujourd’hui grâce à celle-ci, j’ai grandi, j’ai vu sa main dans toutes ces étapes et il m’a montré comment il dirigeait toute chose et qu’il fait tout selon sa volonté. A présent, je connais mieux le Seigneur et je sais que je peux lui faire confiance encore plus qu’avant. J’ai beaucoup appris sur moi-même et spirituellement. Je suis reconnaissante d’être passée par là pour comprendre des choses et d’être enfin guérie par la grâce de Dieu.

Le Seigneur a utilisé la médecine avec cette opération et ces traitements, puis il est intervenu à sa manière quand c’était le moment et quand moi j’étais prête à recevoir complètement cette guérison. Je vous encourage frères et sœurs à tenir ferme dans l’épreuve, à mettre votre confiance en lui et mettre votre foi en action. Il vous donnera tout ce dont vous avez besoin pour affronter l’épreuve comme il l’a fait avec moi.

Merci à vous tous pour vos prières, ici au Réveil et dans toutes les églises, surtout les cellules, la famille, les amis, les frères et sœurs. Merci pour votre affection, votre amour et votre soutien.

Que Dieu vous encourage et vous bénisse.

Michèle