La mission (im)possible de ma jeunesse

La mission impossible de ma jeunesseAprès avoir prié pour que le Seigneur me donne une mission, voilà qu'Il me fit ouvrir, sans moyen financier spécial, un hôtel, puis deux, puis trois, pour accueillir des délégations russes à l'ONU car je parle russe. Puis, Dieu me permit d’ouvrir un très beau restaurant dans lequel est affiché un verset biblique : "réjouissez-vous toujours dans le Seigneur" (Philippiens 4.4), verset qui est toujours bien à sa place et témoigne à environ 105’000 visiteurs chaque année !

A l’époque (dans les années 1940), les soviétiques avaient peur d'accepter les bibles en russe, craignant de se faire dénoncer, mais ils se les appropriaient la nuit quand personne ne les voyait. Ayant remarqué cela, je priai le Seigneur de me donner un prétexte afin qu’ils soient libres de les prendre quand ils le voulaient. Un jour, alors que j’offrais une Bible russe à une interprète, je lui dis: "vous en avez besoin pour la traduction". En riant, elle refusa et reposa la Bible sur mon bureau. Je continuais de prier croyant avoir dit une bêtise, mais persuadée que le Seigneur pouvait faire un miracle...

Deux jours après, l'interprète revint me trouver, disant :"vous savez, ces Américains citent tout le temps des versets bibliques et nous ne pouvons pas les traduire... j'ai 30 interprètes sous mes ordres et j'ai besoin d'une Bible pour chacun d'eux." Ma bêtise fut transformée en miracle ! Dès lors, les soviétiques prenaient officiellement des Bibles car ils en avaient besoin pour la traduction.

Monsieur Gorbatchev, avant d'être président, était ministre. Il fut un temps où il était de passage dans mes hôtels avec sa femme Raïssa et prit aussi des Bibles. Devenu président et voyant les bibles russes sur les bureaux du Kremlin, il fit ouvrir les frontières aux Bibles pour que la population russe puisse en profiter.

Après cela, le Seigneur n'avait plus besoin de me maintenir "prisonnière" dans mes hôtels. Aussi étrange que cela paraisse, Il s'est mis à me les enlever d’une manière inattendue. En effet, j'ai dû les vendre à perte. Mais au lieu de pleurer dans mon salon, j'étais remplie de joie. Le Seigneur me disait: "j'ai quelque chose de mieux pour toi". Sur mon bureau, ma Bible était ouverte au Psaume 4.8: "tu as mis dans mon cœur plus de joie qu'ils n'en éprouvent quand abondent leur blé, leur vin et leur huile." et Psaume 4.9 : "je me couche et je m'endors en paix, car toi seul, ô Eternel, tu me donnes la sécurité dans ma demeure".

Par le biais de mes acheteurs, j’ai pu voyager pendant 7 ans à travers le monde et de cette manière, témoigner dans environ 350 églises. En me voyant, les chrétiens me pointaient du doigt la Bible en me disant: "vous en avez besoin pour la traduction !" Près de 28’800 Bibles ont été données gratuitement dans mes hôtels. Alléluia !