Le mouvement

Le mouvement fait partie intégrante de la vie, dans nos corps, au sein de nos relations et dans l’Église.

Si je pense à la respiration, elle amène l’oxygène à tout mon corps au travers d’un circuit complexe : l'oxygène passe dans mon sang par mes poumons, puis est transporté petit à petit à l’ensemble de mes organes pour leur bon fonctionnement.

Un mouvement est également nécessaire dans toute relation saine, au travers d’échanges, de dialogues, d’écoute, d'interactions qui nourrissent la relation et lui permettent de grandir et de s’adapter aux différentes étapes de la vie. L’Église a débuté avec un groupe de quelques personnes (les 12 apôtres), pour passer à 70 (Luc 10.1), puis à 120 lors de la Pentecôte (Actes 1.15). Ensuite le mouvement a grandi (près de 3'000 convertis lors du discours de Pierre – Actes 2.41). Tout au long du livre des Actes, nous voyons l’Église grandir, se mouvoir, se multiplier, et l’Évangile se répandre au-delà de Jérusalem.

Ce mouvement si vital à nos corps, à nos relations, et présent dans la première Église est nécessaire à l’Église d’aujourd’hui. Un mouvement inspiré par le souffle de l’Esprit dans nos vies, et ancré dans la Parole de Dieu, un mouvement dans nos relations, lorsque nous nous retrouvons dans nos rencontres en Eglise. Un souffle qui nous mettra en marche pour aller vers Dieu, pour aller vers l’autre.

Je ne peux pas vivre ou "relationner" sans mouvement. Sans le mouvement de Dieu, je ne peux pas être l’Église, ni être véritablement fils ou fille du Père. Accueillons avec foi et confiance le souffle divin et soyons portés, mis en action et fortifiés dans notre marche pour être des témoins de l’œuvre de Dieu dans nos vies, dans nos relations et dans notre Église.