Le solarium

Comme beaucoup d’entre vous le savent, mon cœur est attaché à celui des chrétiens persécutés. Leurs témoignages nous rappellent les fondements de l’Evangile et nous présentent une notion du bonheur distincte de celle que promeut notre société. "Heureux ceux qui pleurent, heureux ceux qui sont persécutés, heureux ceux qui sont calomniés…" (Matthieu 5). Ce message n’est certes pas très à la mode ! Le monde ne cesse de nous proposer des recettes pour améliorer notre situation, notre physique, notre potentiel… bref, un concentré pour bien réussir notre vie terrestre. Ce conditionnement nous infecte inconsciemment. Nous recherchons "la" méthode, pour être comblés familialement, épanouis au travail, valorisés par nos activités...

Pourtant, nous savons bien que, lorsque nous devenons enfants de Dieu, le but de notre existence change. Paul l’écrit dans Colossiens 3:1-2 "Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, recherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu. Attachez-vous aux réalités d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre". Facile à lire, mais plus difficile à vivre, n’est-ce pas ?

J’ai été interpellée par la réponse d’un pasteur au Bangladesh. Il avait été kidnappé pendant un bref laps de temps. Après une courte convalescence, il s’était remis à partager l’Evangile dans son village et à assurer les réunions dans sa petite église. Nous lui avons demandé pourquoi il continuait de parler de Jésus malgré les risques encourus. Il nous a répondu : "Nous ne sommes que passagers sur cette terre, notre vie est courte, l’essentiel est dans l’éternité!" Il a tout compris…

Comment vivre cette conviction ? En passant du temps au solarium divin ! Le principe est le même, plus on y va, plus on change ! Plus nous consacrerons de temps a Jésus plus nous prendrons Sa couleur, plus nous partagerons Ses pensées, Ses priorités, Ses réactions. Le meilleur endroit pour rencontrer Jésus se trouve… dans la Bible ! Je vous encourage donc à vous immerger dans ce solarium divin qui, en prime, est gratuit !

Amicalement,
Claire Grosbety