L’Eternel prépare un festin

"L’Eternel des armées prépare à tous les peuples, sur cette montagne, un festin de mets succulents, un festin de vins vieux, de mets succulents, pleins de mœlle, de vins vieux, clarifiés."
Esaïe 25.6

L'eternel prépare un festinUne parabole de Jésus l’exprime avec force : l’annonce de l’Evangile, c’est une invitation au festin (Luc 14.13-24) !
Ce festin est préparé par le Père, il commence déjà en cette vie, pour se poursuivre au Royaume éternel du Fils de son amour. Je suis le pain de vie, celui qui vient à moi n’aura jamais faim, celui qui croit en moi n’aura jamais soif (Jean 6.35). Venir à Jésus, c’est venir au festin. La vision de son visage adorable est un rassasiement et un bonheur perpétuels pour l’âme des siens.

Jésus est celui qui guérit les cœurs brisés,... console les affligés (Esaïe 61.1-2), car la grâce est répandue sur ses lèvres (Psaumes 45.2) ; il est celui qui pardonne les péchés (Marc 2.5-9), qui nous purifie de nos lèpres (Luc 17.11-19). Imaginons un instant les yeux de l’aveugle-né s’ouvrant sur les traits de son visage ; ou bien cette femme affreusement courbée depuis 18 ans : quand Jésus l’a "déliée" (Luc 13.12-13), c’est le Seigneur de gloire (1 Corinthiens 2.8) qu’elle a vu en face ; la Samaritaine, après avoir passé par les bras de tant d’hommes, oublie sa cruche pleine car elle n’a plus soif ! Elle s’en va parler à la ville entière du plus beau des fils de l’homme (Psaumes 45.2). Un bluesman chrétien chantait : "les sourds-muets ne parlent plus que de toi !" Cela fait sourire, mais c’est l’Evangile : vous le verrez et votre cœur sera dans la joie ! (Esaïe 66.14)

Jésus nous exhorte : Travaillez pour la nourriture qui subsiste éternellement (Jean 6.37) et l’apôtre renchérit : Travaillez à votre salut avec crainte et tremblement (Philippiens 2.12). Ne négligeons pas, en effet, un si grand salut (Hébreux 2.3), un si merveilleux Sauveur.

Que ni soucis, ni richesses (Matthieu 13.22), ni occupations du présent siècle (Luc 14.18-20), ni rien, ni personne, ne nous détourne du festin de son royaume, là, au-dedans de nous (Luc 17.21) et dans l’éternité (Apocalypse 19.9).