Pardon, source de paix intérieure

Le pardon

C’est le récit d’une mère de famille, Lalie, qui a été répudiée par son mari et à laquelle sont confiés trois de leurs enfants. Pendant qu’ils étaient ensemble, ils avaient tout ce dont ils avaient besoin. Comme Lalie dépendait exclusivement de son mari, elle se trouvait dans l’obligation de suivre à la lettre les ordres de ce dernier. Ainsi, il lui a, par exemple, interdit d’accueillir chez eux un membre de sa famille à elle. De son côté, il a commencé à mener une vie désordonnée.

Après plusieurs scènes de ménage, le mari a fini par la renvoyer de chez lui, avec les trois enfants. Retrouvée sans rien, Lalie décida de retourner chez sa mère avancée en âge, veuve et en difficulté financière. Cela n’a pas passé inaperçu aux yeux des ses frères et sœurs qui, au lieu d’avoir compassion, lui ont sévèrement reproché d’être à la charge de la vieille femme. Ne souhaitant pas de conflits, elle préféra vivre ailleurs. Sa mère, très attachée à sa fille, est partie avec elle et ses trois enfants. Dans ce nouveau lieu de vie, Lalie a tout fait pour s’en sortir, hélas, rien ne s’est amélioré.

Devant cette difficulté, elle aurait espéré recevoir de l’aide de la part de ses frères et sœurs, mais ceux-ci n’ont rien fait, ni pour elle, ni pour leur propre mère. Petit à petit, de la rancune a pris place dans son cœur : rancune envers son ex-mari qui l’a renvoyée et qui l’a laissée seule avec trois enfants à charge ; rancune envers ses frères et sœurs qui ne faisaient rien, alors que leur mère était avec elle. L’attitude de Lalie n’était-elle pas humainement compréhensible face à une situation si injuste ?

Entre-temps, elle venait me voir, me raconter quelque chose de sa vie et me demander de l’aide. Sans tenir compte de sa relation avec son vis-à-vis et ses parents, je l’ai financièrement soutenue. Malgré ceci, rien ne s’est résolu. C’était vraiment un cercle vicieux. De bonne santé qu'elle était, elle a commencé à avoir tout le temps mal à la tête et perdre du sang. Les médicaments ne servaient à rien contre le mal de tête… Il lui est aussi arrivé de perdre bêtement l’argent qui devait lui servir de fond de départ. Tout cela lui était advenu car elle n’avait pas la paix en elle-même, comme si un elle faisait constamment face à une menace. Elle voulait montrer à tout prix à ceux qu’elle considérait comme "adversaires", qu’elle pouvait s’en sortir toute seule. Après de longs entretiens, j’ai découvert que le problème venait de son non pardon et de son orgueil – ces deux font bon ménage. J’ai donc essayé de l'aider à retrouver le bon chemin. Je l’ai exhortée à prier encore plus pour avoir le courage de pardonner, pour avoir l'humilité.

Un beau matin, après avoir prié en église, elle a choisi de pardonner. A peine arrivée chez elle, elle reçut un téléphone de sa mère, qui les avait quittés depuis quelques temps. Elle lui dit ceci : "Viens nous rejoindre ma fille, les fêtes de Pâques s’approchent, il est temps de te réconcilier avec tes frères et sœurs !". erait-ce une coïncidence ? Non, providence plutôt !… Tout de suite après, elle est venue me raconter ce qui venait de se passer. Elle m’a dit que c’était comme si on venait de lui enlever des tonnes et des tonnes de fardeaux ! Elle ajouta : "Actuellement, je suis contente et me sens vraiment en paix". Quelques jours plus tard, c'est son mari qui l'a appelée…

Son problème financier n’est pas résolu sur le champ mais elle sentait en elle-même une force extraordinaire qu’elle n’a jamais expérimentée jusque là et qui a fait exploser toute barrière.