Renouveler ses forces

"Ne soyez pas tristes car c’est la joie de l’Eternel qui fait votre force."
Néhémie 8, 10

Nous sommes à la fin de la fête des tabernacles et dans ce passage, c’est tout un peuple qui revient à Dieu. En effet, plus de 42'000 Israélites sont de retour d’exil. Alors qu’ils sont tous rassemblés "comme un seul homme" nous dit le verset 1 du chapitre 8, Esdras marque ce nouveau départ par la lecture de la loi de Moïse. Le peuple est alors pris d’émotion et beaucoup pleurent en entendant cette lecture. Peut-être étaient-ils tristes de s’être autant éloignés des prescriptions divines ? Cependant, Esdras, Néhémie et les lévites avec eux, vont insister sur le fait que ce jour doit être joyeux, festif ! Ils diront alors au peuple cette parole : "Ne soyez pas tristes car c’est la joie de l’Eternel qui fait votre force."

Nous aimons ce verset et le citons bien souvent. Aujourd’hui encore, j’avais à cœur de vous le redire car c’est une vérité puissante. Frères et sœurs, la joie de l’Eternel est notre force ! Le texte précise bien que c’est la joie du Seigneur qui sera notre force et non la nôtre.

Humainement, il est vrai que parfois le découragement peut faire rage, la fatigue peut nous envahir. De nombreuses situations remplissent nos yeux de larmes. Mais ce verset m’encourage. Ne nous laissons pas abattre car la joie de l’Eternel nous élève au-dessus des circonstances, elle nous redonne de la motivation et de la force. Si je persévère jour après jour, c’est parce qu’une joie surnaturelle m’envahit et me redonne courage en toute situation.

Au début du mois de septembre, je me sentais déjà fatigué et cette fatigue commençait à agir sur mon bon moral habituel. C’est à ce moment que j’ai encore pu me saisir de cette réalité. Il est essentiel de vivre de cette joie qui est celle de Dieu afin de recevoir force et courage. Si notre force vient de la joie de l’Eternel, il est aussi vrai que lorsqu’on perd la joie dans notre service pour Dieu, dans notre travail, dans nos circonstances, alors notre motivation baisse, notre niveau d’engagement diminue, plus rien n’a de goût.

La joie est en soi une source de motivation, n’est-ce pas ? N’avez-vous pas déjà retrouvé le sourire en voyant rire quelqu’un ou en retrouvant le soleil après une semaine pluvieuse ? Dieu aimerait faire de même, il est une source de joie intarissable pour celui qui veut s’y abreuver. Ne pleurons pas en constatant nos manquements, ne pleurons pas en regardant nos circonstances, mais approchons-nous du trône de grâce et trouvons force et réconfort dans la joie qui appartient à notre Dieu !