Trois leçons pour avancer sûrement

Pourquoi certains changements mettent-ils autant de temps alors que nous sommes chrétiens et que toutes choses deviennent nouvelles (2 Corinthiens 5.17) ?

Voici des éléments de réponse :

a) Nous n’apprenons que lentement

Hélas, il faut l’avouer ! Nos vieilles habitudes nous collent à la peau et nous avons des difficultés à les lâcher. Il faut de nombreuses "répétitions" pour qu’on assimile l’expérience. Selon 1 Corinthiens 10.11, l’histoire d’Israël est une illustration vivante pour nous servir d’exemple. Alors, tirons-en les bonnes leçons.


b) Avant d’apprendre, il faut désapprendre

Le terme "dépouillons-nous de la vieille nature" revient plusieurs fois dans les écrits de Paul:

"La nuit est avancée, le Jour approche. Dépouillons-nous donc des œuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière." (Romains 13.12)

"Mais vous, ce n'est pas ainsi que vous avez appris (à connaître) le Christ, si du moins vous avez entendu parler de lui, et si vous avez été instruits en lui, conformément à la vérité qui est en Jésus : c'est-à-dire vous dépouiller, à cause de votre conduite passée, de la vieille nature qui se corrompt par les convoitises trompeuses, être renouvelés par l'Esprit dans votre intelligence, et revêtir la nature nouvelle, créée selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité." (Ephésiens 4.20-24)

"Ne mentez pas les uns aux autres, vous qui avez dépouillé la vieille nature avec ses pratiques et revêtu la nature nouvelle qui se renouvelle en vue d'une pleine connaissance selon l'image de celui qui l'a créée." (Colossiens 3.9-10)

Or, nous avons peine à nous "défaire de…". Ce choix salutaire nous incombe, il faut le vouloir !


c) On a peur d’affronter la vérité sur soi

Celle-ci, avant de nous libérer (Jean 8.32), nous montre notre misère ! Cette prise de conscience est pourtant nécessaire et à ce moment, la délivrance est possible.


d) Le changement et la croissance se font souvent dans la douleur et cela peut nous effrayer car personne n’aime souffrir

Mais prenons courage, la maturité et la croissance ne surviennent pas sur un coup de baguette magique ou par une imposition des mains. C’est l’œuvre patiente et persévérante du Saint-Esprit dans la vie du croyant qui est d’accord de coopérer avec Lui et se laisser modeler étape après étape.

Soyons donc patients et pleinement confiants dans l’œuvre du Seigneur car Il achèvera la bonne œuvre qu’Il a commencée en chacun de nous (Philippiens 1.6).