Un week-end marqué par la koinonia

Qu'y a-t-il de plus commun pour une église que la koinonia ? Koino quoi ? Oui, la koinonia, en langage grec commun pour la... communion fraternelle ! Ahhh... me direz-vous ! Oui ! C'est ce qui nous lie (encore ?), ce qui nous encourage, nous bénit, nous sécurise aussi.

Mais pourquoi donc organiser un tel week-end tout spécialement marqué par ce qui nous est finalement de... "commun" au sein de l'église ? L'amour de Christ n'est-il pas finalement commun à chaque soeur et frère en Christ ? Et qu'en est-il aussi du pardon, de la compassion, de la considération, du partage, de l'écoute, de l'encouragement... ? Pourtant parfois en souffrance aussi, en retrait, oui... même dans les "meilleures" églises !

Sans prétention aucune, il nous a paru bon de revenir sur ce qui est et reste essentiel. Oui, sur l'essence du Ciel de ce qui nous est communément accordé en dénominateur commun, grâce à l'amour que Dieu a répandu abondamment dans nos coeurs... pour le (re)vivre !

Dans cette partie de Suisse idyllique qu'est Leysin, nous en ressortons tellement encouragés. Encouragés par cette koinonia consolidée. Bénis par des témoignages. Tenez, celui-ci vous encouragera aussi ! Concluant la soirée de samedi occupée à un jeu de mimes de paraboles, un frère nous rapportait :

"L'exercice de mise en scène de la parabole des talents était non seulement amusant, mais surtout tellement pertinent pour moi ! Le Seigneur m'interpella. 'Que fais-tu des talents que Je t'ai pourtant confiés ?' Je comprenais immédiatement par Son interpellation que c'était bien à moi de les Lui faire valoir, et qu'Il ne le ferait pas à ma place ! Je comprenais d'autant plus que le jour vient (!), oui, où je devrai personnellement rendre compte de ce qu'Il m'a confié dans Sa grâce !"

+ un témoignage de reconnaissance parmi tant d’autres reçus par Whattsap ou SMS :

Le week-end à Leysin fut un temps très fort. Nous avons vécu une belle et riche communion (com-union) Qu'il est doux pour des frères et sœurs de demeurer ensemble. Pour moi ce fut une double bénédiction. Je naquis le 10 septembre 1938 et ainsi je suis entrée dans ma 80ème année entourée de l'amour du Seigneur et de nombreux sœurs et frères. Merci  pour tant d'amour. Dieu fait de grandes choses pour chacun. Que l'Eternel soit glorifié et exalté de générations en générations. Rose-Marie "

Repartir avec de tels encouragements parmi d'autres fut un véritable cadeau pour chacun ! Que la koinonia si commune à tous en tant qu'enfants du Roi des rois continue de faire des merveilles dans Son Église ! Elle a été si entendue par tous les bénévoles qui se sont engagés sans compter, contribuant avec Lui à la pleine réussite de ce week-end ! Oui merci à Toi Seigneur, et à chacun (!) pour ces temps forts... et pourtant si communs de la communion fraternelle, la belle, la bonne, la riche koinonia !

Jean-Paul Burkhard, pasteur.