Une vie simple ?

…Aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! C’est moi ; n’ayez pas peur ! » Pierre prit alors la parole : «Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau.» Jésus lui dit : « Viens ! » (Matthieu 14.24)

Lorsque je lis certains passages bibliques, je me prends à rêver combien la vie serait belle si elle était aussi simple que dans ces textes de l’évangile. Il suffirait d’un pas pour surmonter les étendues d’eau, comme Pierre enjambant la barque à la rencontre de Jésus, la mer n’étant plus un obstacle, et ce serait si simple pour tant de migrants qui meurent par centaines en voulant la traverser ! Dans la même perspective, l’épisode précédent dans ce chapitre 14 de Mathieu, les cinq pains et les deux poissons utilisés pour nourrir la foule de milliers de personnes, pourrait nous faire rêver à  l’élimination de la famine dans le monde.

Est-ce vraiment le message que la Bible veut nous donner ?

Au-delà de nous faire miroiter une vie facile et de tomber dans un  idéalisme ambigu, l’évangile attire notre attention sur notre vulnérabilité humaine et sur notre besoin de liens vers l’autre et surtout vers le Tout Autre. La main tendue de Jésus à Pierre illustre combien Christ est prompt à équiper et à pallier à notre faiblesse plutôt que de l’évincer, Il va agir avec nous et par nous selon ces mêmes textes bibliques. Mais comment ?

Au travers de la confiance ou de la foi (même mot « pistis » en grec). C’est la foi et même le peu de foi, qui fait toute la différence et qui devient moteur de vie enracinée dans la réalité que nous vivons.

  • La foi, c’est cette confiance, elle est ce lien qui unit l’humain vulnérable au Dieu de l’impossible.
  • La foi, c’est cette passion pour une vie où les vents contraires sont insuffisants à nous faire rebrousser chemin.
  • La foi, c’est cette conscience d’être avec les autres dans une même barque d’épreuves, solidaires et unis, tout en sachant que la main tendue du Seigneur est réelle et présente.

Ayons la foi, même notre peu de foi, soyons confiants et les vents contraires se tairont, les peurs disparaîtront et la barque avec Jésus à bord touchera une terre ferme et stable.

Avec toute mon affection fraternelle.
Salvina